Ateliers

Pendant deux jours, le Swiss Blades proposera 12 ateliers couvrant une variété d’armes, de périodes historiques, d’approches, et de niveaux de compétence. Le but est d’offrir un large choix aux participant-e-s, afin que chacun-e, débutant-e comme expérimenté-e, puisse en profiter. Le programme permettra aussi aux personnes inscrites au tournoi de participer à au moins deux des cinq sessions d’ateliers. De plus, nous organiserons plusieurs conférences le samedi soir. Les horaires détaillés suivront.

Voici les présentations des ateliers:


Introduction à l’épée et au bouclier viking

Par Jasper Boelsma

Personne ne sait avec certitude comment les gens de l’époque viking se battaient avec l’épée et le grand bouclier à prise centrale. Ce mode de combat n’a jamais été écrit, et même si cela a été le cas, il n’a pas survécu à l’épreuve du temps. Donc nous ne saurons jamais avec certitude. Cependant, grâce à la recherche archéologique sur les armes originales – présentation de la conférence à ce sujet ici -, à la compréhension des manuscrits AMHE plus récents, et à beaucoup d’expérimentation, il pourrait être possible de se rapprocher le plus possible.

C’est exactement ce que j’ai fait ces deux dernières années. Pour ma maîtrise en archéologie, j’ai personnellement analysé beaucoup d’épées du début du Moyen Âge hollandais, qui sont à la fois d’origine franque et nordique. J’ai combiné cela avec l’étude du Ms I.33 et de Lignitzer, et l’expérimentation avec un groupe d’amis dévoués de mon club. Et maintenant, il est temps de partager ce travail avec le reste de la communauté HEMA.

Dans cet atelier, vous apprendrez non seulement les caractéristiques physiques des armes originales, mais vous apprendrez aussi un petit ensemble de techniques qui sont essentielles pour combattre avec.

Équipement: Un grand bouclier à prise centrale d’au moins 80 cm de diamètre (certains peuvent être fournis), une épée à une main, de préférence une spatha (certains peuvent être fournis), un masque et des gants légers.


Estoc mutuel. L’utilisation de la longue pointe (Langenort) dans le Langes Messer.

Par Oskar ter Mors

La longue pointe est la garde avec la plus grande portée possible et joue un rôle important dans le livre de combat de Johannes Leckuchner. Ce n’est pas étonnant, car le messer est une arme à une main. Il peut être complètement étendu en une poussée et Leckuchner en fait bon usage. En fait, c’est presque devenu le contre-pied d’à-peu-près toutes les actions.

Dans cet atelier, les participants apprendront d’abord à frapper et à pousser depuis la longue pointe. De plus, ils apprendront comment le jeu de jambes affecte la longue pointe. Après cela, nous allons examiner diverses pièces de Leckuchner qui utilisent cette garde. Il y aura des façons de mettre en place l’estoc comme feinte, mais aussi la longue pointe comme mesure défensive.
Enfin, cet atelier offrira aux participants des exercices faciles à emporter pour appliquer la longue pointe en sparring, ainsi que les différentes façons de se déplacer qu’elle implique.


Défendre son honneur et sa vie au couteau, d’après Émile André

Par Mickaël Vieillard

Dans son traité de 1905 “100 façons de se défendre avec armes”, Émile André extrapole une méthode de combat au couteau avec utilisation de la veste comme bouclier. Cette méthode combine les coups de l’escrime de salle, de la boxe française et de la navaja espagnole, elle-même découlant de l’ancienne escrime à la rapière et à la cape. On retrouve plusieurs témoignages de cette combinaison d’arme dans des duels d’honneurs à Paris à la fin du XIXe et début du XXe siècle. Cet atelier se concentrera sur le travail de combinaison entre l’escrime et la boxe ainsi que sur la découverte de la distance et de la nervosité spécifique au combat au couteau.

Equipement: un simulateur de couteau (plastique, bois, journal…), une veste simple de ville et si possible un masque et des petits gants.


Utilisation tactique du Zufechten

Par Davy Van Elst

Dans cet atelier sur l’épée longue allemande nous allons explorer comment nous pouvons utiliser le Zufechten (= venir au combat) pour en savoir plus sur nos adversaires. Les anciens traités expliquent souvent les techniques qui peuvent être utilisées contre un certain type d’adversaire: un combattant « bourrin », un combattant qui défend large et passif, …. Le but de cet atelier est de vous fournir une boîte à outils pour remarquer ces choses pendant le Zufechten.

Equipement:
Minimal: feder, masque d’escrime, gorgerin, gants légers.
Optimal: équipement complet.


L’escrime française et l’épée de cour

Par Michael Müller-Hewer

Le stage a pour objectif de présenter les techniques d’estoc de l’épée de cour et du fleuret du 17ème siècle des maîtres Liancourt et Angelo, la différence entre escrime de duel et de salle d’armes. L’épée de cour est finalement une arme évoluée de la rapière. Par sa légèreté, elle autorise un jeu d’escrime restreint à la pointe seule et la séparation de la parade et de la riposte. L’épée émoussée, utilisée alors pour l’entraînement, fut remplacée par le fleuret à lame flexible. Jusqu’au commencement du 18ème siècle, les lames des fleurets étaient encore montées dans des poignées d’épées de forme usuelle à l’époque, excepté dans le cas du fleuret français conventionnel qui était dépourvu de « pas d’âne ». La garde française « à lunette » fut inventée à la fin du 18ème siècle. Cette lunette, qui n’est que le contour d’une double coquille, fut adoptée parce qu’elle constituait la plus légère des gardes.

André Wernesson, Sieur De Liancour, était certainement le personnage le plus connu de l’histoire de l’escrime française, même s’il n’était pas vraiment novateur. Le fait d’écrire son oeuvre au début de sa carrière et d’enseigner pendant quarante-six années après sa publication a beaucoup apporté à sa notoriété. Son texte comprend deux parties, la première en 17 chapitres contient des descriptions très techniques ; la deuxième était destinée à l’enseignant avec des conseils pédagogiques et des exercices. Le Sieur de Liancourt pratiquait une escrime très académique. Ses principes, nous disait-il, sont ceux de son maître, de qui il parlait toujours avec la plus grande reconnaissance, écrit Egerton Castle dans son livre. Nous lui devons quand-même d’avoir clarifié et structuré l’escrime française. Avec lui, la séparation de l’escrime italienne s’est consommée.


Le bâton « français »

Par Michael Müller-Hewer

Le “École militaire normal de gymnastique et d’escrime” a influencé l’escrime de la France parmi d’autre sport jusqu’à 1936. Ils ont enseigné aussi une forme spéciale de bâton français, le “bâton de Joinville”. Le bâton conique de 1.70 m de long en châtaignier est pris des deux mains comme une longue épée au bout épais. La variante plus moderne de cet art martial est effectuée avec un bâton de 1.40 m. Cette arme est, d’abord, une arme pour frapper. Cependant, il peut aussi être utilisé aux coups d’estoc.

Dans notre club, j’utilise le bâton comme une arme d’initiation. Facile d’appréhender, il donne très rapidement de la confiance aux étudiants. Donc, beaucoup de travail fondamental comme la coordination, le jeu de jambes, la parade-riposte ou le sparing peut être étudié sans grand risque.

Aucun équipement nécessaire. Je fournis les bâtons.


Entraîner le Zornhau avec Vitalité

Par Alexander Fürgut
Assistante: Lydia Röntgen

Cette classe comprend deux parties:
La première partie est une leçon théorique sur l’utilisation du système de la vitalité (Aliveness). Plus d’informations ici.

La deuxième partie est un atelier pratique enseignant les techniques de Zornhau et de suivi, en utilisant le modèle développé lors de la conférence. Assister à celle-ci n’est pas nécessaire, mais si vous l’avez fait, vous obtiendrez un exemple de formation en direct avec les principes de vitalité et de la méthode du moi. Si vous n’avez pas assisté à la conférence, nous espérons que ce sera un atelier intéressant de Zornhau. 🙂

Pour l’atelier, l’équipement minimum est Feder, Masque, Gants et gorgerin. Nous finirons par un sparring, alors apportez une veste et tout ce dont vous avez besoin pour le faire confortablement


Biomécanique dans l’épée et bocle du  I.33

Par Marine Beaumel

L’atelier se concentrera sur comment être plus efficace en utilisant moins de mouvement. Cet atelier est pour tous les niveaux (mais les personnes présentes doivent connaître les bases de l’épée et du bocle: gardes et leurs contres). Nous allons travailler sur le jeu de jambes, comment se déplacer efficacement et en temps réel. Comment marcher correctement, en gardant nos jambes en sécurité. Nous apprendrons à marcher à nouveau (pas de pas, double pas, retour). Puis nous passerons à la mécanique du haut du corps: comment générer de la puissance sans obtenir une grande résistance de l’adversaire, mais juste la bonne réaction de sa part. Et enfin, nous allons appliquer tout cela aux armes et comment l’utiliser en sparring. Cela permettra un meilleur liement, un coup de bocle plus puissant, un mouvement plus fluide et un style de combat décontracté qui permettra d’économiser de l’énergie pour améliorer l’endurance.

Équipement requis: gants légers, masque, épée, bocle, gorgerin.


La rapière de Capo Ferro

Par Rui Ferreira
Assistant: Michael Silva

Dans cet atelier, nous examinerons les principes fondamentaux de l’escrime de la rapière italienne, en particulier selon le traité de Capo Ferro «La grande simulation de l’art et l’utilisation de l’escrime». Nous couvrirons les postures de base, les gardes, le jeu de jambes, ainsi que le tempo et la mesure, la définition de l’escrime et d’autres termes plus spécifiques, les lignes de défense / attaque, ainsi que quelques-unes des images les plus intéressantes. Le contexte sera donné sur la source elle-même, ainsi que sur les principes de base qui régissent l’ensemble du système d’escrime. C’est l’atelier idéal pour ceux qui veulent commencer leur pratique de la rapière de Capo Ferro, car il couvre les bases du système, ainsi que les débutants qui cherchent un premier contact avec l’épée.

Equipement: Rapières synthétiques ou en acier. Les masques peuvent être utilisés pour des exercices ultérieurs, mais ils ne sont pas obligatoires pour profiter pleinement de l’atelier.


Se battre comme un garde du corps (le long couteau par Andre Paurnfeind)

Par Jens Peter Kleinau

Andre Paurnfeind était le garde du corps du très ambitieux et détesté Cardinal Matthäus Lang au début du XVIe siècle. Ce Freifechter aguerri suivait la lignée de Liechtenauer tout en la modifiant pour y faire correspondre les armes modernes comme le Tessak, sorte de Langes Messer avec une protection de la main et souvent une lame incurvée. Mais vous n’aurez pas besoin d’une arme comme celle-ci pour profiter de l’atelier (toute arme à une main fera l’affaire). Paurnfeind a publié son livre en 1516, il a été traduit dans un dialecte français en 1538. Il commence avec l’épée longue et continue ensuite avec les armes à une seule main. Les techniques qu’il fournit pour ces armes sont un mélange de diverses sources, pas très compliquées au début: il s’efforce de mettre fin rapidement à la lutte, et veut en sortir aussi vite que possible. Rester face à un ennemi seul n’est pas son but. Dans les pièces de long couteau, il ajoute également des pièces de dague qui seront reconnues par les adeptes de Fiore de Liberi. Que vous soyez un escrimeur débutant ou expérimenté n’a pas d’importance: si vous êtes déjà avancé dans les armes à une seule main, nous travaillons sur les détails – et il y en a beaucoup.

Matériel: épée à une main (le mieux serait un Langes Messer ou Dussack, un sabre fera aussi l’affaire). Gants, masque d’escrime.


Le cours accéléré parfait sur le sabre militaire britannique

Par Anouk Post
Assistant: Martin de Jong

Cet atelier est parfait pour les personnes qui ont pendant longtemps regardé des sabres magnifiquement courbés avec leur garde élégante, sans savoir par où commencer. Dans cet atelier, nous passerons en revue les bases du sabre militaire de Roworth, de sorte qu’à la fin vous en saurez assez pour pouvoir vous entraîner sans avoir l’air de quelqu’un qui pense que les dussacks et les sabres sont la même chose.

‘The Art of Defence’ a été publié pour la première fois en 1796 par C. Roworth, un imprimeur qui a servi comme volontaire dans l’armée britannique à une époque où la menace d’une invasion de la Grande-Bretagne par Napoléon semblait réelle. Bien qu’il n’ait jamais vu aucune vraie bataille, il est évident qu’il était féru d’escrime. Et quelle chance qu’Henry Angelo, fils de l’Angelo qui a fondé une école d’escrime à Londres, ait servi dans le même régiment ! Il est facile d’imaginer comment ces deux amis ont discuté de l’escrime et de l’entraînement, comme nous le faisons maintenant. Le résultat fut que Roworth finit par créer un traité parfait pour les soldats avec peu ou pas d’expérience en escrime, qui bénéficieraient d’un système clair, simple et efficace qu’ils pourraient apprendre en peu de temps. Il espérait sans doute que l’armée en prendrait connaissance et en ferait le système standard pour tous les régiments, mais il n’eut pas cette chance.

Au cours de cet atelier, nous discuterons des différents gardes, coups de taille et d’estoc tels que décrits dans l’Art de la Défense. Nous allons exercer le jeu de jambes britannique, et perfectionner nos fentes. Peu ou pas de matériel est nécessaire. Un masque d’escrime, des gants légers et une coquille suffiront. Dix sabres synthétiques seront disponibles, mais des armes à une main telles que messers ou singlesticks suffiront également. Dussacks; seulement si vous n’avez vraiment aucune autre option. Beurk.


Überlaufen, Durchlaufen, Messer nehmen nach Lecküchner

Par Darko Andreas Zürcher
Assistante: Sybille Zürcher

L’atelier montrera différents types d’entrée en lutte avec le langes messer et explore les techniques qui peuvent être appliquées. Nous ferons des exercices pour améliorer notre entrée et exploiter les opportunités créées par notre adversaire.

Les techniques explorées sont les techniques de lutte / dague / messer, trouvées simultanément dans trois sources (Fiore, Lignitzer et Lecküchner). L’objectif sera d’offrir un large guide des actions possibles, comme le gain de temps vu dans de nombreux manuscrits, plutôt que des techniques uniques.

Equipement: Gants d’AMHE et masque, Messer, nous pouvons fournir des bâtons Escrima comme simulateurs pour un maximum de 8 personnes (mieux si utilisé avec un bon gant).

Connaissances requises: Applicable pour les débutants, mais une compréhension de base de l’épée longue allemande ou du langes messer serait bénéfique.